La chasse aux sorcières

Dernière mise à jour : 6 oct. 2021

Qui sont ces femmes et ces hommes qui bousculent nos états de pensées et que veulent-ils/elles au fond?


C’est ce que nous tentons de te partager au travers de ce travail photographique.


95 portraits, 30 femmes, 5 collectifs et on ne sait combien de rencontres.


Et de rencontre en rencontre, d’échange en échange, nous désimbriquons tous les jours notre propre pensée.


Nous, nous cherchions à comprendre comment nous en étions arrivées là, et pourquoi nous acceptions tout ce qui au fond nous dérangeait.

Nous balader quand nous voulions, ou nous voulions, avec qui nous voulions sans être systématiquement jugées ou classifiées. Sans avoir peur de l’heure, du lieu, de la tenue.

Nous rendre compte que notre conditionnement et du coup notre perception biaisait nos jugements.


Et des contes d’Amandine, en passant par les slams de Zouz ou les films d’Alexe Poukine nous avons entendu les voix et entrevu l'évidence.

Aujourd’hui, Catherine Markstein nous apporte une clé supplémentaire.


Catherine Markstein, médecin, nous retrace au travers de ses conférences gesticulées l’histoire des connaissances des femmes.

Elle nous parle de nos vieilles qui accumulaient savoirs et acquis sur les corps, la santé et la sexualité. Elle nous parle de ces sorcières dépossédées de tout au profit d’une pratique médicale qui allie complicité politique et appartenance religieuse.

Elle partage avec nous son regard critique sur les “nouvelles” pratiques médicales, nous racontant ses expériences dans cet univers hyper hiérarchisé et protocolisé.

Puis, Catherine nous explique comment elle souhaite développer une pensée et une pratique participative et collective de la santé. Et comment, dans la foulée, elle est devenue militante pour une société humaniste.


Puis un jour peut être sur un détail, on en vient à se demander pourquoi.


Pourquoi on boit du café?

Pourquoi on est pas à l'aise quand on rentre le soir?

Pourquoi on ne porte pas ce qu’on veut pour aller ou l’on veut?

Pourquoi on met du noir alors qu’on adore le rouge.

On se questionne sur notre essence, nos libertés, notre monde.

Et l’on s'aperçoit que concernant notre état de pensées, le nombre d’idées reçues et de préjugés véhiculés dans les sociétés est...infini.


Bref, nous t’invitons à découvrir les conférences de Catherine au travers de l’association qu’elle a co-créer @femmesetsanté https://www.femmesetsante.be/


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout